Inspiration

Soutien des parents, Pourquoi ? Comment ?

Une révolution en marche…

Cela fait plus de vingt ans que je travaille au soutien des parents dans des environnements très différents. Et ce que je peux observer et conclure aujourd’hui c’est que les parents constituent une immense force bienveillante et intelligente au service de leur entourage. De quoi changer très sûrement les bases de notre société.

La liste Parents Conscients

Cette liste de discussion qui existe depuis onze ans, est un exemple fascinant. Je la connais bien puisque je l’ai créé au départ dans le but d’aider des parents qui voulaient remettre en question l’éducation qu’ils avaient reçue et tenter de vivre une vie de famille non violente.

J’étais à cette époque parent de trois jeunes enfants en congé parental, animatrice LLL, je gérais un autre groupe de parents local, et j’organisais des réunions en ligne pour les parents et les couples.

Mon existence était centrée sur le soutien, celui de mes enfants et celui d’autres familles qui comme moi aspiraient à une paix relative en eux-mêmes, et dans leur vie quotidienne.

Il s’avère que ce groupe a révélé à de nombreux individus le parent aimant qui vivait en eux, et dont ils ignoraient parfois jusque-là l’existence.

Donner ce que l’on a reçu

Le soutien faisait constamment boule de neige. Lorsque les parents se sentaient ne serait-ce qu’un tout petit peu plus expérimentés que les nouveaux arrivants, ils donnaient spontanément ce qu’ils avaient reçu : de l’écoute, de la compréhension, de la chaleur, une présence attentive.

Plus les membres du groupe redevenaient eux-mêmes plus ils agissaient.

Ainsi la liste a-t-elle donné naissance à de nombreux projets. Les parents du groupe, en particulier les plus anciens, ont écrit des ouvrages sur des sujets divers concernant l’accompagnement des enfants, ils ont créé d’autres groupes de discussion (nos produits bio faits maison en est un exemple) mis en place de nouveaux projets comme l’observatoire de la non-violence éducative, la journée de la non-violence éducative etc. Les membres ont également monté des groupes locaux de soutien, de nouvelles associations ont vu le jour un peu partout en France.

La liste est passée d’une cinquantaine de membres à ses débuts à 3 000 parents aujourd’hui. Tous les jours des parents viennent se faire aider par d’autres dans leur démarche.

Une grande passion

Les parents auxquels je m’adresse lors de formations ou de conférences sont très différents les uns des autres. Individuellement d’abord, ils ont des expériences de vie très différentes. J’interviens aussi au sein de groupe qui partage des points communs : parents d’enfants handicapés, parents homosexuels, parents sourds, parents seuls etc.

Ils sont tous animés par une grande passion pour leurs enfants assortie d’une grande crainte de « mal » faire. Même si c’est difficile, épuisant, et bouleversant d’accompagner des enfants… Même s’ils sont encore les jouets de leur éducation et que la violence leur joue des tours, ils sont volontaires et motivés pour avancer et se débarrasser de ce qui leur a fait tant de mal lorsqu’ils étaient enfants.

Organiser un groupe de soutien

Animer un groupe de soutien c’est assez simple, il suffit de le décider. Bien sûr vous aurez peut-être à faire face à des sentiments d’incapacités qui vous paralyseront un peu. J’entends souvent de la part des personnes qui aimeraient sincèrement mettre en place de tels groupes. « Je n’ai pas assez d’expériences », « je suis loin d’avoir résolu tous les problèmes dans ma propre famille ». Je réponds souvent que ce que recherchent avidement les parents c’est un lieu où partager leurs difficultés, et ils veulent trouver d’autres individus qui rencontrent les mêmes écueils qu’eux. Quelqu’un qui a tout résolu ne leur sera d’aucune utilité. En revanche une personne qui tâtonne cherche fait de son mieux, cherche encore et encore et fait bénéficier son groupe du fruit de ses expériences est quelqu’un de passionnant. C’est un modèle de fonctionnement, les parents de son groupe ne tarderont pas à faire la même chose et à rendre la fréquentation de ses réunions indispensables à chacun, pour un temps en tout cas.

Comment les enfants apprennent ?

Des enfants respectés et aimés dans leur famille, apprennent à chaque instant ce dont ils ont besoin.

Ils se sentent en sécurité pour vivre leurs expériences, explorer, chercher des solutions. C’est ce sentiment qui leur permet d’exprimer leurs besoins à chaque étape de leur développement.

L’écoute et la confiance données par leurs parents permettent à leur estime d’eux-mêmes de grandir. Les parents acceptent également d’apprendre de leurs enfants. En ce sens les parents sont des mentors très efficaces. Ils ignorent qu’ils utilisent sans le savoir le modèle « cérébro-convivial » le plus efficace pour l’apprentissage.

Bien souvent, il suffit de reproduire certains éléments de ce modèle pour animer des groupes de parents.

Donner confiance

Ou redonner la confiance perdue. Quelle que soit la situation de la personne qui s’exprime, elle a l’intention sincère de remédier à ses difficultés, et d’agir au mieux pour ses enfants.

Les parents sont une catégorie de population très facile à culpabiliser : ils en font trop, ou pas assez, ils sont fusionnels, ou distants, leurs enfants sont le reflet de l’éducation reçue, et ce n’est jamais suffisamment éloquent etc.

Pour donner confiance il suffit la plupart du temps d’écouter avec une grande attention, on se rend compte alors que les parents savent pertinemment ce qu’ils veulent faire évoluer dans leur comportement. Et s’ils ne le ressentent pas encore, le simple fait d’être écouté avec attention leur permettra de prendre peu à peu conscience de ce qui se passe en eux.

Donner des informations

Dans tout groupe de parents il pourrait y avoir une bibliothèque, ou un prêt de livre mutuel organisé. Les livres sont une source d’encouragement et de réconfort indéniable.

Et ils procurent aussi des informations dont les parents ont besoin. Apprendre quel est l’impact de la fessée sur un enfant, comment l’allaitement se met en place, savoir quelles sont les options en matières d’instruction, connaître le fonctionnement du cerveau etc. Tout ceci peut passer par des livres, des revues, des feuillets rédigés spécialement à cette intention.

Partager ses « trucs »

Un groupe de parents est une mine de sagesse ! Il suffit de se poser certaines questions pour trouver des réponses. Peut-être étions-nous persuadés à un moment de nos vies qu’élever un enfant sans punitions et sans fessées était tout simplement impossible, c’est ainsi que nous ne nous sommes jamais vraiment posés les « bonnes » questions. Mais si on fait l’expérience de se demander en groupe comment faire pour poser les limites respectueusement, on ne tardera pas à trouver de plus en plus de réponses. C’est la richesse d’un groupe de cette nature, il constitue un véritable laboratoire de recherches. Chaque parent y amène le fruit de ses expériences et les partage avec les autres, c’est une chaîne de solidarité qui nous permet de survivre au quotidien, et de grandir.

Organiser un réseau solidaire

Dans certaines régions où je me rends pour animer des groupes, les parents ont construit de véritable réseau solidaire. Le soutien est devenu un mode de vie. Si l’on sait que telle famille attend un bébé, et que la naissance est imminente, on décide d’aider les futurs parents afin qu’ils puissent accueillir le nourrisson sans être envahi par les préoccupations matérielles. Lorsqu’un événement douloureux frappe un membre du groupe les autres sont là pour écouter et aider. On organise aussi à l’occasion des groupes de femmes et d’hommes, on se réunit autour du thème de l’instruction. Il arrive même que travaillant ensemble, on se mette à rêver de cohabitat.

Une intelligence reconnue

Aujourd’hui on reconnaît que les parents ont un cerveau extrêmement actif et rapide. Devenir parents nous aide à évoluer, à entrer en relation, à trouver des solutions très rapidement à de multiples problèmes, nous sommes plus acceptants, accueillant et prêt à faire face à l’imprévu.

Pourtant nous avons parfois tendance à dévaloriser notre rôle. Mais ma réalité quotidienne me pousse à constater que si vous êtes parents, vous avez en main un véritable trésor, il vous suffit de le reconnaître pour user enfin de toutes les capacités que cette fonction vous pousse chaque jour à développer.

Alors…

J’espère que vous vous lancerez en ayant conscience que ce que vous faites est fondamental. Mais peut-être vivez-vous dans une région où un groupe existe déjà. Alors allez-y ! L’organisateur est comme vous, il a besoin d’aide. Vous ne regretterez pas de vous être lancé dans cette aventure, vous y trouverez infiniment plus que ce que vous êtes venus y chercher… Des amis solides, des partages sans limites, une solidarité qui se construira peu à peu et vous aidera à traverser les moments difficiles, mais aussi à faire profiter les autres de vos périodes de joies intenses.

 

Catherine Dumonteil Kremer

Prochainement

09/09/2017

“Formateur à l’ère des neurosciences” – Gap 2017/2018

  Formation de formateurs 8 jours – du 9 septembre 2017 au 29 avril 2018...